etienne-bonnot-condillac



Vous devez vous connecter pour mettre ce livre en favori



  • Première Partie
  • Chapitre Premier. – Fondement de la valeur des choses
  • Chapitre 2. – Fondement du prix des choses
  • Chapitre 3. – De la variation des prix
  • Chapitre 4. – Des marchés
  • Chapitre 5. – Ce qu’on entend par commerce
  • Chapitre 6. – Comment le commerce augmente la masse des richesses
  • Chapitre 7. – Comment les besoins [...] donnent naissance aux arts, et comment les arts augmentent la masse des richesses
  • Chapitre 8. – Des salaires
  • Chapitre 9. – Des richesses foncières et des richesses mobilières
  • Chapitre 10. – Par quels travaux les richesses se produisent, se distribuent et se conservent
  • Chapitre 11. – Commencement des villes
  • Chapitre 12. – Du droit de propriété
  • Chapitre 13. – Des métaux considérés comme marchandises
  • Chapitre 14. – Des métaux considérés comme monnaie
  • Chapitre 15. – Que l’argent, employé comme mesure des valeurs, a fait tomber dans des méprises sur la valeur des choses
  • Chapitre 16. – De la circulation de l’argent
  • Chapitre 17. – Du change
  • Chapitre 18. – Du prêt à intérêt
  • Chapitre 19. – De la valeur comparée des métaux dont on fait les monnaies
  • Chapitre 20. – Du vrai prix des choses
  • Chapitre 21. – Du monopole
  • Chapitre 22. – De la circulation des blés
  • Chapitre 23. – Le blé considéré comme mesure des valeurs
  • Chapitre 24. – Comment les productions se règlent d’après les consommations
  • Chapitre 25. – De l’emploi des terres
  • Chapitre 26. – De l’emploi des hommes dans une société qui a des mœurs simples
  • Chapitre 27. – Du luxe
  • Chapitre 28. – De l’impôt, source des revenus publics
  • Chapitre 29. – Des richesses respectives des nations
  • Chapitre 30. – Récapitulation sommaire de la première partie
  • Seconde partie
  • Chapitre Premier. – Répartition des richesses, lorsque le commerce jouit d’une liberté entière et permanente.
  • Chapitre 2. – Circulation des richesses lorsque le commerce jouit d’une liberté entière
  • Chapitre 3. – Mœurs simples d’une nation isolée chez qui le commerce jouit d’une liberté entière
  • Chapitre 4. – Atteintes portées au commerce : guerres
  • Chapitre 5. – Atteintes portées au commerce : douanes, péages
  • Chapitre 6. – Atteintes portées au commerce : impôts sur l’industrie
  • Chapitre 7. – Atteintes portées au commerce : compagnies privilégiées et exclusives
  • Chapitre 8. – Atteintes portées au commerce : impôts sur les consommations
  • Chapitre 9. – Atteintes portées au commerce : variation dans les monnaies
  • Chapitre 10. – Atteintes portées au commerce : exploitation des mines
  • Chapitre 11. – Atteintes portées au commerce : emprunts de toute espèce de la part du gouvernement
  • Chapitre 12. – Atteintes portées au commerce : police sur l’exportation et l’importation des grains
  • Chapitre 13. – Atteintes portées au commerce : police sur la circulation intérieure des grains
  • Chapitre 14. – Atteintes portées au commerce : manœuvres des monopoleurs
  • Chapitre 15. – Atteintes portées au commerce : obstacles à la circulation des grains, lorsque le gouvernement veut rendre au commerce la liberté
  • Chapitre 16. – Atteintes portées au commerce : luxe d’une grande capitale
  • Chapitre 17. – Atteintes portées au commerce : jalousie des nations
  • Chapitre 18. – Atteintes portées au commerce : comment les spéculations des commerçants ont pour dernier terme la ruine même du commerce
  • Chapitre 19. – Conclusion des deux premières parties


  • Version eBook

    Chapitre 24. – Comment les productions se règlent d’après les consommations

    Après avoir expliqué tout ce qui a rapport au vrai prix des choses, je me propose d’observer la cause des progrès de l’agriculture et des arts, l’emploi des terres, l’emploi des hommes, le luxe, les revenus publics et les richesses respectives des nations. Voilà l’objet des chapitres par où je terminerai cette première partie.

    Le besoin que les citoyens ont les uns des autres les met tous dans une dépendance mutuelle.

    Maîtres des terres, les propriétaires le sont de toutes les richesses qu’elles produisent. À cet égard, il paraît qu’ils sont indépendants, et que le reste des citoyens dépend d’eux. En effet tous sont à leurs gages : c’est avec le salaire qu’ils paient que subsistent les fermiers, les artisans, les marchands, et voilà pourquoi les écrivains économistes les jugent indépendants.

    Mais, si les terres n’étaient pas cultivées, les matières premières manqueraient aux artisans, les marchandises manqueraient aux commerçants, les productions de toutes espèces manqueraient aux propriétaires, et le pays ne suffirait pas à la subsistance de ses habitants. Il n’y aurait plus proprement ni artisans ni marchands ni propriétaires.

    Les fermiers, comme première cause des productions, paraissent donc à leur tour tenir tous les citoyens dans leur dépendance. C’est leur travail qui les fait subsister. Cependant, si les matières premières n’étaient pas travaillées, l’agriculture et tous les arts manqueraient des instruments les plus nécessaires. Il n’y aurait plus d’arts, par conséquent, et la société serait détruite, ou réduite à un état misérable. Tous les citoyens sont donc encore dans la dépendance des artisans.

    Notre peuplade n’avait pas besoin de marchands lorsque les colons, seuls propriétaires des terres, habitaient les champs qu’ils cultivaient. Alors chacun pouvait, par des échanges avec ses voisins, se procurer les choses dont il manquait. Tantôt on achetait une denrée qu’on n’avait pas avec le surabondant d’une autre : tantôt, avec ce même surabondant, on payait à un artisan la matière première qu’il avait travaillée. Ces échanges se faisaient sans monnaie, et on ne songeait pas encore aux moyens d’apprécier exactement la valeur des choses.

    Mais à mesure que les propriétaires s’établissent dans les villes, il leur est d’autant plus difficile de se procurer toutes les choses dont ils manquent, qu’ils font alors de plus grandes consommations. Il faut donc qu’il s’établisse des magasins où ils puissent se pourvoir.

    Ces magasins ne sont pas moins nécessaires aux artisans qui, d’un jour à l’autre, ont besoin de matières premières, et qui ne peuvent pas, à chaque fois, les aller acheter dans les campagnes souvent éloignées. Enfin ils le sont aux fermiers à qui il importe, toutes les fois qu’ils viennent à la ville, de vendre promptement leurs productions, et d’acheter en même temps tous les ustensiles dont ils ont besoin. Voilà l’époque où tous les citoyens tombent dans la dépendance des marchands, et où les choses commencent à avoir une valeur appréciée par une mesure commune.

    Tel est en général le caractère des hommes : celui de qui on dépend veut s’en prévaloir, et tous seraient despotes s’ils le pouvaient. Mais quand, à différents égards, la dépendance est mutuelle, tous sont forcés de céder les uns aux autres, et personne ne peut abuser du besoin qu’on a de lui. Ainsi les intérêts se rapprochent, ils se confondent, et, quoique les hommes paraissent tous dépendants, tous, dans le fait, sont indépendants. Voilà l’ordre : il naît des intérêts respectifs et combinés de tous les citoyens.

    Parmi ces intérêts respectifs et combinés, il y en a un qui paraît le mobile de tous les autres : c’est celui des propriétaires. Comme les plus grandes consommations se font dans les villes, et qu’ils y ont eux-mêmes la plus grande part, leur goût sera la règle des fermiers, des artisans et des marchands. On cultivera, par préférence, les denrées dont ils aiment à se nourrir, on travaillera aux ouvrages dont ils sont curieux, et on mettra en vente les marchandises qu’ils recherchent.

    Il est naturel que cela arrive. Puisque les propriétaires, comme maîtres des terres, sont maîtres de toutes les productions, eux seuls peuvent payer le salaire qui fait subsister le fermier, l’artisan et le marchand. Tout l’argent, qui doit circuler, et qui, par conséquent, doit être le prix de tous les effets commerçables, est originairement à eux. Ils le reçoivent de leurs fermiers, et ils le dépensent comme il leur plaît.

    Il faut que cet argent retourne aux fermiers, soit immédiatement lorsqu’ils vendront eux-mêmes aux propriétaires, soit médiatement lorsqu’ils vendront à l’artisan ou au marchand, à qui les propriétaires auront donné, pour salaire, une partie de cet argent.

    Or cette circulation sera rapide, si les fermiers, les artisans et les marchands étudient les goûts des propriétaires, et s’y conforment. Ils le feront, puisque c’est leur intérêt.

    Supposons que, de génération en génération, les propriétaires se sont fait une habitude des mêmes consommations ; nous en conclurons que, tant qu’il n’y a pas eu de variations dans leurs goûts, on a cultivé les mêmes productions, travaillé aux mêmes ouvrages, et fait la même espèce de commerce.

    Voilà l’état par où notre peuplade a dû passer. Accoutumée à une vie simple, elle se sera longtemps contentée des premières productions qu’elle aura eu occasion de connaître, et il n’y en aura pas eu d’autres dans le commerce.

    Plus recherchée dans la suite, elle variera dans ses goûts, préférant dans un temps ce qu’elle aura rejeté, et rejetant dans un autre ce qu’elle aura préféré. Mais alors les choses qu’elle recherche le plus ne seraient pas en proportion avec le besoin qu’elle s’en fait, si les fermiers, les artisans et les marchands ne s’occupaient pas à l’envi des moyens de suppléer au surcroît de cette espèce de consommation.

    Or ils ont un intérêt à s’en occuper ; car, dans les commencements, ces choses n’étant pas assez abondantes, elles sont à un plus haut prix, ils peuvent donc compter sur un salaire plus fort.

    Ils ne se contenteront pas même d’observer ces variations qui leur procurent de nouveaux profits. Dès qu’ils auront remarqué qu’elles sont possibles, ils mettront toute leur industrie à les faire naître, et il se fera une révolution dans le commerce, dans les arts et dans l’agriculture. Auparavant les consommations se réglaient d’après les productions ; alors les productions se régleront d’après les consommations.

    Le commerce, plus étendu, embrassera un plus grand nombre d’objets. Il réveillera l’industrie des artisans et des cultivateurs, et tout prendra une nouvelle vie. Mais cela n’est vrai que dans la supposition où le commerce serait parfaitement libre. S’il ne l’était pas, il dégénérerait bientôt en un état de convulsion, qui, faisant hausser et baisser sans règles le prix des choses, ferait faire mille entreprises ruineuses pour quelques-unes qui réussiraient, et répandrait le désordre dans les fortunes.

    Notre peuplade n’en est pas encore là. Son commerce, que je suppose renfermé dans ses possessions, doit naturellement produire l’abondance. Il en ouvre toutes les sources, il les répand ; et les champs, auparavant stériles, sont cultivés et deviennent fertiles. Il est certain que, tant que son commerce se soutient par les seules productions de son sol, la multitude des consommations, soit en denrées, soit en matières premières, ne peut qu’inviter les fermiers à tirer de ce sol toutes les richesses qu’il renferme.

    Voilà les effets d’un commerce intérieur et libre. Un peuple alors est véritablement riche, parce que ses richesses sont à lui, et ne sont qu’à lui. C’est dans ses possessions uniquement qu’il en trouve toutes les sources, et c’est son travail seul qui les dirige.

    Les consommations, multipliées tout à la fois par les goûts nouveaux et par les goûts renaissants, doivent donc multiplier les productions tant qu’il reste des terres à cultiver, ou des terres à mettre en plus grande valeur. Jusque-là les richesses iront toujours en croissant, et elles n’auront un terme que dans les derniers progrès de l’agriculture. Heureux le peuple libre, qui, riche de son sol, ne serait pas à portée de commercer avec les autres !

    ---

    Version WEB (Accès aux chapitres)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *