Choses Vues (1849- 1884 ) - HUGO Victor

LE PAPE ET LOUIS BONAPARTE

Avril 1850.

Le pape Pie IX est simple, doux, timide, craintif, lent dans ses mouvements, négligé sur sa personne. Il a habituellement une barbe de deux ou trois jours, et qui lui donne l’air sale. Il a plus de sourires que de paroles, comme Charles X. On dirait un curé de campagne. Près de lui, Antonelli, en bas rouges, avec son regard de diplomate et son sourcil d’espion, a l’air d’un sbire qui veille sur le bonhomme.

En ce moment, Pie IX passe ses journées à écrire un livre sur le mystère de l’immaculée conception.

Pendant ce temps-là, voici ce que fait le président de la République française.

Tous les jours à deux heures, Louis Bonaparte va au bois de Boulogne dans une calèche découverte à deux chevaux. Une autre voiture de service à deux chevaux le suit. Cela fait quatre chevaux. Il arrive à un rond-point où il trouve deux chevaux de main gardés par deux valets de pied à cheval. Cela fait huit chevaux. Presque en même temps que lui arrive au même rond-point une belle dame, une anglaise blonde, Mme Howard, aussi en calèche découverte à deux chevaux et suivie de deux valets à cheval. Cela fait douze chevaux. Le président et Mlle Howard descendent de voiture, montent à cheval et s’en vont dans le bois. On caracole une heure ou deux, selon le temps. Puis on vient descendre de cheval à un pavillon du bois célèbre par le bon grog anglais qu’on y fait. On y boit de ce bon grog. Cependant les deux calèches sont arrivées au pavillon. Le grog bu, le président sort avec Mlle Howard au milieu de la foule d’habitués qui les attend presque tous les jours, il baise la main de la belle blonde, l’aide à monter en calèche, puis rentre dans sa voiture, et tous deux reprennent le chemin de l’Élysée.

Il passe une partie de ses matinées à jouer à la main chaude avec cette MlleHoward, lady Douglas, la princesse Mathilde et la marquise de Contades.

Ainsi, l’immaculée conception de la sainte Vierge, le grog bu avec une jolie anglaise, voilà ce qui occupe Pie IX à Rome et Louis Bonaparte à Paris. Voilà ce qui remplit ces deux têtes sur lesquelles pèse l’Europe.




Chapitre suivant : LOUIS-PHILIPPE EN EXIL ; SA DERNIÈRE ANNÉE