Choses Vues (1848) - HUGO Victor

LOUIS-BONAPARTE INCOGNITO

Louis Bonaparte[1] était à Paris depuis deux jours, logé à l’hôtel du Rhin, place Vendôme, que personne dans l’hôtel, pas même le maître de la maison, ne s’en doutait. Ce sont les fils Bertrand qui, en leur qualité de quêteurs de soupe et de tondeurs de nappe, ont découvert le prince. Ils l’ont flairé, épié, guetté, observé, dépisté, puis ils ont couru à l’hôtel du Rhin.

Ils ont dit au maître de l’auberge : — Savez-vous qui vous avez chez vous ? — Non, bah, qui ? — Le prince Louis Napoléon. — Ça ? c’est un nommé monsieur… (un nom quelconque que le prince avait donné. Je l’ai su et oublié). — Nous vous disons que c’est le prince Louis.

Le maître de l’hôtel n’en a rien cru. Il lui semblait nécessaire que le prince Louis ressemblât à l’empereur Napoléon. Or, le prince Louis ne ressemble qu’à Lockroy, du Théâtre-Français. Cependant l’aubergiste rencontrant le prince dans l’escalier s’est hasardé à lui dire en ôtant son bonnet : — Monsieur ne sait pas ce qu’on dit ? — Non, a répondu M. Louis. — On dit que Monsieur est le prince Louis Bonaparte. — On a raison. C’est moi.

L’aubergiste est tombé du haut de la colonne.


À son arrivée à Paris, Louis Bonaparte se logea place Vendôme. MlleGeorge alla le voir. Ils causèrent assez longtemps. Tout en causant, Louis Bonaparte mena Mlle George à une fenêtre d’où l’on voyait la colonne et lui dit : — Je passe ma journée à regarder cela.

— C’est bien haut ! dit Mlle George.

Septembre 1848.

Notes

1. Le manuscrit de ce fragment ne date pas cette anecdote. Victor Hugo fait-il allusion au très court passage de Louis Bonaparte à Paris pendant la révolution de février ? En effet, Louis Bonaparte n’attendit même pas la chute de Louis-Philippe pour rentrer à Paris secrètement ; en ayant offert, le 25 février, ses services au gouvernement provisoire, celui-ci l’invita à repartir sur-le-champ. Cet ordre fut exécuté le 26, mais Louis Bonaparte protesta de la pureté de ses intentions. (Note de l’éditeur.)




Chapitre suivant : THIERS ET MOLÉ