Les Conséquences Politiques de la Paix
BAINVILLE Jacques

BAINVILLE Jacques
Les Conséquences Politiques de la Paix






Version eBook


Vous devez vous connecter pour mettre ce livre en favori

Voici un livre unique dans l’oeuvre de M. Jacques Bainville. La pente naturelle de son esprit porte M. Bainville à comprendre et à expliquer plutôt qu’à prévoir. Pourtant, en 1920, il a prévu ; il a écrit ce livre et il a pu, sans remords, laisser à d’autres le métier de prophète parce qu’il avait tout annoncé, tout ce qui s’est passé depuis 1920, et probablement tout ce qui se passera dans les années à venir. Il n’est pas de lecture qui laisse l’impression plus vive d’une intelligence exceptionnelle, à la fois lucide, ferme, rapide, vigoureuse, appliquée au réel, s’élevant sans fatigue du détail géographique aux vues les plus vastes et se servant de l’expérience historique avec une sûreté qui éblouit et une aisance qui enchante.

  Le trait le plus frappant de notre temps est, sans doute, la décrépitude de l’intelligence politique. Le fonctionnement du régime parlementaire exige des chefs plus d’habileté que de puissance, plus d’opportunisme que de ténacité, plus de roueries que de vues générales. Sont portés au pouvoir des hommes sans expérience qui s’imaginent suppléer à leur défaut de préparation, en s’entourant de spécialistes méticuleux et bornés. Ainsi les détails du traité de Versailles sont l’oeuvre d’experts et de techniciens. L’ensemble et les grandes lignes sont l’ouvrage d’amateurs. La réflexion et la compétence se rencontrent dans l’accessoire. Les dispositions générales et essentielles dont dépendent la solidité et le succès de toutes les autres ont été arrêtées par des hommes que ne guidaient pas la connaissance du passé mais les principes sommaires d’une philosophie oratoire.

C’est le drame de Versailles, c’est aussi le sujet de ce livre. Du désaccord fondamental découlaient des conséquences. Jacques Bainville a l’honneur de les avoir prévues et d’avoir défini la politique qui, dans la mesure du possible, aurait pu les conjurer.

Pierre Gaxotte.